Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Petites bêtes au refuge

















Et bien sûr nos chéries ! Il n'y a pas plus gentilles, objectif macro 45mm (autant dire que je suis collée au plancher des ruches) j'ai fait cette série de macro à l'entrée des ruches sans combinaison.







Dommage pour la map de cette dernière photo, une gardienne surveille l'entrée, n'importe qui ne rentre pas. L'abeille à la tête flou passe au contrôle d'hormones :) 
 

Orthetrum trinacria dit la Grande perche, Diplacodes lefebvrii dit le Bouffon


Cette journée sur la retenue collinaire de Combani fut horrible côté météo. 
Nous avons évité les pluies mais le ciel très bas et gris nous a désolés. Quel enfer pour les photos à la limite inexploitables.
 
Commençons par Orthetrum trinacria, la Grande perche, avec un mâle immature puis des mâles adultes. Cette espèce caractérisée par sa taille et son long abdomen fut déjà photographiée en 2010 dégustant Trithemis arterosia. Pour retrouver la photo c'est >> ICI
 
Orthetrum trinacria est inféodée aux plans d'eau stagnante à végétion dégagée pourvue de branches émergées sur les bords.








Poursuivons avec Diplacodes lefebvrii, présumé assez commun. Les effectifs autour du point d'eau étaient assez nombreux ce qui nous a permis d'observer des mâles avec différentes couleurs en fonction de la maturité (comme Orthetrum trinacria ci-dessus). On note également l'apparition de taches foncées sous le ptérostigma des quatre ailes chez le mâle adulte. Présent à Mayotte, il l'est aussi sur Madagascar, peut-être sur les reste des Comores. Les eaux stagnantes envahies de végétation lui conviennent parfaitement.









Entre les prises de libellules


Voilà simplement quelques photos prises par-ci par-là, toujours sur la retenue collinaire de Combani entre trois quatre libellules.




Scinque des Comores - Mabuya comorensis


Si le lac Kariani était à sec, la retenue collinaire de Combani bien en eau offre de jolis nénuphars


Adorable petite mante religieuse




Junonia rhadama (enfin photographié ailes ouvertes)


Genre Eurema Espèce non identifiée

Faucons crecerelles dans les marais charentais. Falco tinnunculus Common Kestrel


Après nos photos et obs sur la héronnière de pourprés, nous partons, toujours avec la oiselle (Noushka) au milieu des marais. Vers une intersection de chemins privés, nous repérons les crécerelles que nous avons l'habitude de voir sur les lieux. Fidèles au spot et en particulier fidèles au superbe arbre bordant le chemin, nous nous arrêtons et observons. Les adultes chassent d'abord une buse qui passait par là et qui, comme à son habitude, ignore les autres oiseaux. Le vol en saint esprit reprend et les jeunes attendent.






Mais l'attente est longue !










La femelle s'approche pour enfin apporter la proie tant attendue par les petits qui ne sera même pas disputée entre eux car un jeune (le plus dégourdi et le mieux exposé pour nous) a totalement plongé sur sa mère pour lui arraché la proie en plein vol. La photo ne donne qu'un bazar des plus moches.





Oui, on a compris c'est pour toi ! ^-^


 

Deuxième jeune qui préfère prendre la chaleur et aérer ses plumes. Il a certainement eu sa part avant ;-)






Un petit cœur et des intestins ne le tentent pas plus que ça ☺






Après avoir bien mangé et nous avoir offert ce super moment, il ira digérer tranquillement bien à l'abri des feuilles.




Dès demain, retrouvez-nous sur l'île de Mayotte  >>> ICI 


Le nourrissage chez les Hérons pourprés. Ardea purpurea Purpule Heron


JC, toujours à l'affût du moindre mouvement intéressant dans la héronnière aura sa récompense avec cette scène de nourrissage. Toujours à 600 mm avec un bon recadrage. Mes yeux dans la longue-vue, j'observe sans en perdre une miette, mais qu'est-ce que cela passe vite, trop vite ! Les plus jeunes attendent presque invisibles au milieu des feuilles.








 Au moment où l'adulte s’apprête à régurgiter, les plus vieux perchés à la cime des arbres arrivent et la "guerre" de la nourriture commence.
Un joli bazar bien difficile à faire ressortir en photos.