Retrouvez toutes les publications du site en vous inscrivant par e-mail.


Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Merci de contacter les auteurs.
The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used. For more information, please contact the authors :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net

Huppe d'Afrique Upupa africana African Hoopoe


Bien heureux d'avoir fait quelques clichés d'un couple de Guêpiers nains, je repense au Green Pigeon. Nous ne sommes pas très loin de la forêt, alors pourquoi ne pas y retourner et retenter notre chance. Ruto nous y conduit et cette fois encore nous sommes stoppés dans notre élan. À la lisière de la forêt, une jolie tache rousse ressort des herbes jaunes, éclairée par le soleil qui décide d'apparaître au moment de se coucher.
J'insiste sur le titre. Il s'agit de la Huppe Africaine et non de la Huppe fasciée



Guêpier nain Merops pusillus Little Bee-eater



Bon, les voilà enfin les p'tits loulous, les plus petits chez les guêpiers. Il ne fallait pas aller les chercher bien loin, nous les retrouvons sur le même spot du matin, là où notre première rencontre eut lieu. Ne nous plaignons pas car le temps n'est jamais perdu en savane. Et ces oiseaux, de toutes façons, ne sont pas prêts de filer. 





Barbican d'Arnaud Trachyphonus darnaudii D'Arnaud's Barbet. Ssp usambiro





Après la cascade d'oiseaux, presque inattendue, que nous avons eu sur quelques minutes, nous redémarrons, les yeux toujours rivés sur les arbustes surplombant la rivière. Normalement bon spot pour les Guêpiers nains. Mais je stoppe Ruto avant même d'avoir vu le bout d'un bec du moindre guêpier. Un petit groupe de Barbican d'Arnaud sautillent au sol en recherche de nourriture. Aussi surprenant que cela puisse paraître, nos petits barbicans font partie des Piciformes. 



Du jaune à l'orangé, en passant par le gris bleuté et noir.


Toutes ces couleurs appartiennent aux oiseaux d'Afrique. On pourrait même dire que toutes les couleurs existent sur ce continent et nous avons de beaux exemples, en été par chez nous, avec les migrants africains justement. Sur la fin de l'après midi, après hippos, crocos et ouettes coquines, nous ne ferons pas beaucoup de kilomètre, déjà par le temps qui n'est pas des plus excellents mais surtout par les minutes qui avancent trop vite. Nous restons donc à proximité de la forêt et toujours au bord de la rivière dans l'espoir de croiser des Guêpiers nains. Les sujets du moment sont les oiseaux. Beaucoup d’oiseaux, c'est incroyable, à croire que le soleil voilé les fait tous sortir. 




Le voisin du jardin


Vivre dans les bois c'est pas mal, quand même ! Quand les tempêtes nous laissent tranquilles, nous avons le téléphone et internet (un peu). Je ne parle pas de la télé, cela ne fonctionne pas. Quand les gros débiles orangés et saouls nous laissent tranquilles, on a la nature enfin à notre portée. Depuis plusieurs semaines déjà ce magnifique brocard vient traîner sur les terrains, de jour comme de nuit, d'un peu tout le monde sur le hameau. Pour tondre c'est plutôt pas mal. Mais le voisin n'aura pas de fleurs ce printemps ^^. Après plusieurs apparition de sa part, je laisse quand même mes occupations d'aménagement du refuge pour aller chercher l'appareil.



Au milieu de la rivière.



Qui y'a-t-il au milieu de la rivière ? Crocos et hippos allez-vous me dire, oui mais pas que... Nous sommes tous les trois d'accord pour nous rapprocher de ces oiseaux d'eau vus de loin. Mais d'abord quelques photos des copains de toujours, sauf la nuit je vous le dis !






La traversée.



Avant de rentrer au camp nous étions tombés, enfin non, nous avions croisé une petite merveille de la famille des Méropidés, le Guêpier nain. Un des plus petit guêpier, avec ses 17 cm, il n'en est pas moins merveilleux. Ruto prit la décision de nous emmenés sur une rive de la rivière où ces oiseaux ont l'habitude de nicher. 




Game drive 5 en pays Masaï



Le temps se couvre un peu pour ce cinquième Game drive, les nuages reposeront nos yeux du soleil de l'équateur. Dans sa globalité l'après-midi fut court mais avec de belles espèces et de belles scènes. 3 heures de sortie au lieu des 6 au matin mais pensons un peu à nos chauffeurs qui eux, ne s'amusent pas forcément, même si nous voir heureux leur fait plaisir. Ruto l'est pour nous.  Dès la sortie du camp, certains sont déjà là et on ne s'en lasse pas ! Zèbres de Grant, Élands, Hyènes tachetées bien en chair et .... surprise...





La vie autour du camp.



"Zeus" ayant frappé notre refuge et particulièrement nos lignes télécom, vous avez été privés de la vie masaï pour quelques jours. Tout étant rétabli, enfin presque, revoilà les aventures africaines de la faune sauvage autour du camp. Après le Game drive du matin et avant d'aller s'abreuver de la bière locale dans la salle de presse, nous branchons les batteries et allons voir devant la tente, si activité, il y a. 




Vie intime et secrete de la savane



Le petit-déjeuner avalé en vitesse, puisque j'ai consacré plus de temps aux photos qu'aux délicieux mets de la malle à pique-nique, nous reprenons "la route" en direction du camp, pour cette fois-ci, y déjeuner. Nous sommes assez loin et Ruto décide de nous y amener tranquillement en passant par la forêt. Nous trouverons, de toutes façons, toujours une scène à observer et à photographier. 






Canard pilet Anas acuta Northern Pintail





J'ai trouvé que ce chef-d'orchestre avait fière allure, même si par moments... ça gratte !
Ce fut en tout cas la bonne occasion pour profiter du joli miroir de ce pilet, invisible lorsqu'il nage.
Je vous laisse admirer ses rémiges secondaires sur la dernière photo, moi je les trouve magnifiques.



De la couleur, chers petits oiseaux, de la couleur s'il vous plaît !



Voici les meilleurs pour la fin. En plus d'une taxonomie exotique et chantante pour nos oreilles, ces oiseaux là, ont les couleurs qui vont avec. Je boucle cette pause petit-déjeuner avec ces oiseaux. Il faut bien sûr s'imaginer que tous ceux que vous avez vus sur les publications précédentes, ont été vus au même instant. Vous comprendrez alors qu'il était vraiment difficile de petit-déjeuner. Ruto lui, déjeunait tranquillement et rigolait à nous (me) voir ainsi. 



Gonolek ardoisé Laniarius funebris Slate-colored Boubou


Sur le même spot nous avons une preuve de plus pour appuyer ma présentation de la page Oiseaux du Kenya du site (qui se remplie petit à petit). À savoir que même un oiseau sombre est évocateur d’exotisme par son nom. Si nos merles et corneilles sont "noirs", là-bas les oiseaux noirs ne le sont pas. D'abord par leur nom, mais aussi par leurs reflets ardoisés. Vous avez découvert le Drongo brillant (ICI), le Gobemouche drongo (ICI) et pour continuer avec les noms magiques, revoici le Gonolek ardoisé.